Inde: un marché très concurrentiel

Published on 2014年 一月 14日
  •  Festival de Ganesh

    Festival de Ganesh

Inde: un marché très concurrentiel

Durant de nombreuses années, seuls quelques pays étaient actifs sur le marché touristique indien.Une situation qui a beaucoup évolué avec l’augmentation du nombre de voyageurs
à l’international : on estime à 15 millions le nombre d’Indiens qui sont partis à l'étranger en 2013 (ils étaient 4,4 millions en 2000). Notre destination doit désormais faire face à une concurrence très vive et accrue, non seulement de destinations proches (Asie du Sud Est et Moyen-Orient), mais également de nos voisins européens (Grande Bretagne, Suisse, Italie, Allemagne ou encore Espagne), qui ont bénéficié de campagnes de communication et de promotion de grande ampleur et au fort impact médiatique.

L’Asie et tout particulièrement l’Asie du Sud Est ainsi que le Moyen-Orient sont les destinations privilégiées du voyageur indien en raison de leur accessibilité en termes de localisation, de coût, ou encore de facilité d’obtention des visas.

D’autres pays ont également connu une augmentation des flux de voyageurs indiens ces dernières années. C’est le cas des États Unis qui ont accueilli près de 725 000 visiteurs en 2012, et qui viennent de lancer un programme de très grande ampleur en faveur du tourisme, à destination de 6 pays dont l’Inde, comprenant notamment la facilitation de l’obtention du visa et un budget de 66 millions de $. Il est également intéressant d’évoquer le cas de l’Australie, de plus en plus programmée (160 000 visiteurs indiens en 2012), grâce à un positionnement sur des thématiques « multi-activités » et  « expériences » très proches des nôtres.

Face à la forte concurrence des destinations Asie-Pacifique et du Moyen-Orient, l’Europe a réussi à tirer son épingle du jeu avec environ un million de voyageurs indiens accueillis en 2013, enregistrant notamment une belle progression auprès des FIT et des incentives. La France est bien positionnée avec l’accueil de 300 000 touristes indiens en 2012 (estimation), ce qui lui permet de se classer en 2ème position en termes d’arrivées derrière la Grande Bretagne (350 000) et devant la Suisse, l’Italie,l’Allemagne et l’Espagne. Compte-tenu d’une problématique de délivrance de visas (la France était la seule à imposer la biométrie pendant 6 années), notre destination était sous programmée en termes de nuitées. La suspension de la biométrie effective depuis le 1er juillet 2013 devrait permettre à la France, d’être reprogrammée pour les voyages loisirs et MICE, et d’être sur un pied d’égalité avec ses concurrents européens. Cependant, l’absence de réceptifs français en Inde est également un frein à une meilleure programmation de notre destination.

La dévaluation de la roupie, qui s’est fortement accélérée depuis mai 2013 avant de se stabiliser en octobre autour de 1 € = 85  (NB :avant mai 2013, 1 € = 70), entraine dès à présent une redistribution des flux vers des destinations proches, tout particulièrement pour les voyages de groupes. Certains pays européens cherchent également à se positionner comme des destinations au meilleur rapport qualité-prix : l’Allemagne, l’Espagne, les pays de l’Est.

Les liens historiques unissant l’Inde et l’Angleterre ainsi que la présence d’une forte diaspora indienne expliquent en partie la popularité de la Grande-Bretagne. Cette destination a également beaucoup investi ces dernières années sur le marché touristique indien (Budget Inde 2013 : 2 350 000 €), se positionnant comme une destination familiale, via une campagne de promotion de grande ampleur et au fort impact médiatique « GREAT Britain, you’re invited ! ». Elle est également très bien positionnée en termes de liaisons aériennes (comme l’Allemagne), British Airways proposant 46 vols hebdomadaires Inde/GB (46 chez Lufthansa) contre 20 seulement pour Air France.

La Suisse a misé très tôt sur le marché touristique indien. Elle dispose d’une très forte présence médiatique via sa campagne « Living Traditions ». Jusqu'à récemment, elle était considérée par les Indiens comme la destination la plus romantique notamment grâce aux films indiens véhiculant cette image (la France lui a néanmoins ravi sa première place en 2013). Outre les voyages de noces, elle a également réussi à se positionner comme une destination familiale et MICE grâce à une politique favorable en matière de visas (A titre d’exemple, elle a accueilli un groupe de 3500 participants en 2011 et continue à accueillir des voyages incentives de plus de 1000 invités).

Elle s'est également fortement investie en proposant une offre adaptée, notamment des appart-hôtels très prisés par cette clientèle, des repas indiens au sommet des montagnes et parfois même une signalétique en Hindi !

L’Allemagne a beaucoup gagné en popularité ces dernières années. Elle est la première destination MICE en Europe (plusieurs groupes incentives de 1000 participants) et est notamment
très bien positionnée auprès des visiteurs de salons professionnels. Elle a également réussi à gagner des parts de marché grâce à une programmation loisir intensive auprès des familles et des jeunes, et à un positionnement de destination abordable, au bon rapport qualité-prix par rapport à ses concurrents européens.

L’Italie est également devenue une destination très prisée des Indiens, avec des thématiques proches de la France, notamment en ce qui concerne le patrimoine culturel et la promotion de ses régions vitivinicoles.

L’Espagne est de plus en plus programmée, ayant beaucoup bénéficié des retombées d’un film à très grand succès, Zindagi Na Milegi Dobara sorti en 2011, qui  lui a permis de développer de façon quasi instantanée sa notoriété et de se positionner comme une destination jeune, fun et expérientielle. Un autre film du même cinéaste devrait sortir dans un proche avenir. De nombreux incentives sont également programmés et Barcelone a récemment accueilli le mariage de la nièce de Lakshmi Mittal pour un budget de 60 millions d’euros.

Enfin, il est intéressant de noter que de nouvelles destinations ont récemment fait leur apparition, témoignant de la vivacité du marché touristique indien : l’Europe de l’Est, les pays scandinaves avec notamment la Finlande, ou encore la Grèce deviennent des destinations « tendance » auprès d’une clientèle à la recherche de nouvelles expériences et d’exclusivité dans ses voyages.

La France se doit donc d'être plus présente et plus visible sur un marché en pleine expansion. Notre investissement sur le marché indien est relativement récent : il faut nous adapter à la demande et aux exigences de cette nouvelle clientèle aux habitudes et à la culture bien différentes des nôtres. Ces dix dernières années ont certes vu une progression des flux,mais les signaux d’inquiétude lancés par les professionnels du tourisme indien doivent être pris en compte afin de reconquérir des parts de marché vis à vis d’autres destinations perçues comme plus accessibles et ayant bénéficié de budgets nettement supérieurs aux nôtres, même si désormais la tendance est à la baisse.